Chronique d'une persécution ordinaire

Ce récit, bien qu'inspiré de faits réels, n'est que pure fiction (TW: harcèlement, suicide)

Je ne sais pas comment c'est arrivé, tout s'est mis en place si vite.

Il n'y a pas si longtemps, je menais une vie semblable certainement à beaucoup d'autres. Le genre de type banal qui ne fait de vague sur rien et que personne ne remarque, ce qui n'était pas plus mal.

Mais un jour, tout a basculé, et je ne saurais sans doute jamais pourquoi. C'était un jour comme un autre, je ne faisais rien de différent de ce que je fais d'habitude. Pour une raison à ce jour inexpliquée, la terre entière s'est mis à me détester.

Pourquoi moi ? Je n'ai strictement rien fait qui justifie qu'on puisse légitimement m'en vouloir, je ne fais pas de politique, je ne parle jamais de mes opinions et ne rentre pas dans la catégorie des boucs émissaires habituels qui de tous temps ont subi l'une ou l'autre forme de persécution, aucune raison que mon existence puisse objectivement déranger qui que ce soit. Je ne sais pas et ne le saurais sans doute jamais. La seule tentative d' explication que j'ai, et qui n'est basée sur rien d'autre que mon intuition, est que je suis simplement une cible prise au hasard par le premier venu se cherchant un réceptacle pour se défouler de sa frustration.

Toujours est-il que ma vie est d'ores et déjà détruite. J'ai littéralement tout perdu, allant de ma tranquillité à ma confiance en l'être humain. Ma vie est devenue un enfer sur terre. Des personnes à qui je n'ai absolument rien fait se sont mis à souhaiter ma mort, je suis traqué absolument partout, comme si une vaste conspiration s'était créée dans le seul but de me détruire moi, petit humain banal sans envergure qui ne demande rien à personne. Tellement d'énergie, de moyens (et peut-être d'argent) pour tirer sur une ambulance, c'est délirant. Du gâchis à tout point de vue, comme des mouches qu'on tuerait avec un lance-flammes.

Rien ne les arrête. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé. Les demandes, les suppliques, les menaces, même la mise à exécution de ces dernières, n'ont eu aucun effet. Enfin si, ça a été retenu contre moi, m'a coûté le peu d'énergie et d'argent qu'il me restait encore, et tout ça pour aucun résultat satisfaisant. Il faut admettre l'évidence, ils sont plus forts qu'un gouvernement, non pas parce qu'ils seraient d'une puissance extraordinaire, mais parce que le gouvernement est pusillanime et bien trop occupé à assouvir ses caprices qu'à faire son travail.

C'est fini ! Je ne peux plus tenir. Mais je me refuse à dire qu'ils sont trop forts pour moi, ce n'est jamais un signe de force que de se mettre à plusieurs contre un adversaire qui n'est même pas à notre taille. Malgré tout, ils ont obtenu ce qu'ils voulaient: je suis désormais détruit, je suis affligé par des dommages irréparables, et me retrouve désormais sans issue de secours. Je n'ai plus rien, même mes amis se sont détournés de moi simplement parce qu'on les a attaqués à leur tour pour m'atteindre moi. Je n'ai désormais plus rien qui me raccroche à la vie.

Lorsque vous lirez ces lignes, je serais probablement parti les pieds devant. Même si passer de vie à trépas aura été ma décision, j'aurais malgré tout subi un meurtre. C'est devenu tellement facile aujourd'hui de détruire la vie d'absolument qui on veut dans l'impunité la plus totale. Pendant un moment, j'ai pensé que mon acte désespéré pourrait servir à quelque chose, mais à la réflexion, je ne me fais pas trop d'illusion. Ce sera toujours le même schéma: les principaux responsables qui vont tomber des nues, des effets d'annonce des instances médiatiques et politiques, des réactions éplorées et indignées, puis ça va se tasser, et tout le monde revivra à nouveau sa vie comme si rien ne s'était passé, jusqu'à ce qu'une autre victime fasse à son tour la une et que le cycle recommence. Inlassablement, indéfiniment, éternellement.

Adieu.